EPN* : démultiplier les formes et approches de la médiation et de la pratique du numérique

Publié dans : Numérique et Territoires connectésÉtats généraux du NumériqueContributions

Cette contribution porte sur le sujet : Services publics en ligne, e-administration, Espaces Publics Numériques

EPN* : démultiplier les formes et approches de la médiation et de la pratique du numérique par Labomedia

Les Espaces Publics Numériques (EPN) ont joué un rôle important dans l’apprentissage de l’informatique et d’Internet. Au regard de l’évolution des usages du numérique, il pourrait être opportun d’imaginer des EPN*, le « * » équivalent à « tout » en informatique. Il s’agirait donc d’ouvrir le dispositif web o centre à une diversité d’initiatives qui contribuent à jouer un rôle de médiation entre des publics et des usages du numérique : des lieux permanents, mais aussi des ateliers ou formations régulières itinérantes ou associés de façon plus pérenne à des lieux, des temps ponctuels ou événementiels.

En considérant les EPN comme des laboratoires d’usages et de pédagogie, on pourrait également envisager des projets thématiques :

  • FabLab Laboratoire de fabrication numérique
  • Hackerspace » plutôt tourné vers le code, le développement, l’électronique
  • MediaLab orienté sur la production audiovisuelle éventuellement interactive
  • GameLab dédié aux jeux vidéos et leurs corollaires
  • SocioLab usage d’Internet et des réseaux sociaux
  • BoulotLab recherche d’emploi, tiers lieux
  • EcoLab le numérique au service de projets environnementaux
  • RobotLab pour pratiquer la robotique
  • JuniorLab la pratique du numérique par les jeunes
  • BiblioLab le numérique en bibliothèque – médiathèque
  • LycéeLab hackerspace au sein des lycées pour la pratique du code, du réseau, de l’électronique
  • ChatonsLab fourniture de services informatiques libres (cf autre proposition)

  • … tout en laissant la possibilités aux hybridations de toutes natures, en favorisant le croisement des publics, des approches, entre amateurs et professionnels, démarches ludiques et recherche de développement d’activités à vocation lucratives, jeunes et seniors

Il serait également intéressant de mettre en réseau ces initiatives en animant les partages de compétences et expériences, la mutualisation, la veille et l’exploration.

Idéalement, le cadre de financement devrait permettre de financer de l’investissement matériel (5-10k€) et un poste à temps plein (~25-35k€ / an) pour des projets à l’année, il devrait permettre également de pouvoir soutenir des initiatives régulières ou ponctuelles et événementielles « au fil de l’eau » en s’adaptant aux besoins des porteurs de projets. Dans ce registre plus événementiel, on pourrait évoquer les formes d’open ateliers version longue, de SummerLabs, de tiers lieux éphémères, de hackatons, de chiffrofêtes, de foire aux makers, de festivals qui proposent des ateliers, des œuvres qui utilisent le numérique et ses techniques de fabrication, comme autant de possibilités d’être confronté à l’usage contemporain des technologies, d’être accompagné pour mieux en comprendre les ressorts et pour les pratiquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *