L’accès au cinéma en milieu rural : notre région peut faire encore mieux !

Publié dans : États généraux de la CultureCulture et TerritoiresContributions

L’accès au cinéma en milieu rural : notre région peut faire encore mieux ! par M. Daniel RICHARD

L’accès au cinéma en milieu rural est un enjeu majeur du développement culturel. Il est pourtant rendu très difficile pour beaucoup d’habitants voire impossible, les réseaux de diffusion se concentrant sur les villes. Et ce malgré l’offre de notre région avec les différents circuits « cinémobile ».

Très peu d’élus, très peu d’associations, savent qu’aujourd’hui l’organisation de séances dans de petites salles est devenue légale en utilisant un matériel de projection électronique de la meilleure qualité possible, bien sûr, puisqu’il s’agit d’apporter le cinéma là où il n’est plus. Une telle action ne peut se réaliser qu’en étroite coopération avec les circuits itinérants existants, les Fédérations de ciné-clubs, et en respectant scrupuleusement les zones de chalandise telles qu’elles sont définies par le Centre national du cinéma et de l’image animée.

Ces séances peuvent revêtir différentes formes :

Les séances non commerciales qui entrent dans le cadre de la réglementation du cinéma non commercial et imposent, de ce fait, le règlement des droits spécifiques de représentation cinématographique détenus par les professionnels de la distribution. Est exclu, en particulier pour toute utilisation de films sur support numérique DVD, le recours à des loueurs ou vendeurs de DVD ne détenant que des droits « cercle de famille » ou dits « institutionnels » dont les règles de fonctionnement, très limitées, sont incompatibles avec toute représentation cinématographique.

Les séances exceptionnelles qui sont des séances publiques et payantes limitées à 6 par an, sauf dérogation exceptionnelle jusqu’à 12 maximum, qui offrent un accès aux films un an à compter de la date du visa.

Les séances publiques gratuites, avec aucune limite au nombre de séances, un accès aux films un an à compter de la date du visa.

Les séances de ciné-clubs, sans limite d’un nombre de séances et surtout un accès aux films six mois à compter de la date du visa. Ces séances de ciné-clubs sont des séances privées, réservées aux membres de l’association, même si ceux-ci peuvent être accueillis gratuitement. Le montant des adhésions et cotisations est libre : c’est à l’association d’en fixer le montant. Les recettes du ciné-club sont totalement défiscalisées.

Il y a lieu, me semble t-il, que notre région fasse connaître ces possibilités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *