Mise en place d’une (crypto)monnaie sociale et solidaire pour favoriser le développement de « communs »

Publié dans : Numérique et Territoires connectésÉtats généraux du NumériqueContributions

Cette contribution porte sur le sujet : Collectivités et offre numérique

Mise en place d’une (crypto)monnaie sociale et solidaire pour favoriser le développement de « communs » par Labomedia

Les expériences de monnaies sociales et solidaires sont désormais anciennes et nombreuses. Elles sont de nature à contribuer à une plus grande égalité entre des habitants d’un territoire en sortant du domaine marchand un ensemble de biens ou de services, dans une logique de circuit court et de solidarité.

Des expériences actuelles tentent de prolonger ces velléités en utilisant des outils numériques comme les banques de temps en ligne (échange de services), les systèmes de mutualisation de ressources (échange de matériels), les monnaies virtuelles (temps <> biens).

En parallèle, de nombreuses réflexions sont menées sur la notion de « biens communs » ou des « communs » dont le périmètre s’étend, de l’air et de l’eau, à la gestion de ressources forestières pour arriver maintenant à l’éducation et à la culture, en donnant naissance par exemple à des assemblées des communs http://blogfr.p2pfoundation.net/index.php/2016/05/06/lemergence-assemblees-communs-france/

Il pourrait être précurseur pour une collectivité telle qu’un conseil régional que d’imaginer favoriser cette dynamique autour des « communs » en initiant la création d’une monnaie (virtuelle) afin de relier des initiatives diverses issues du territoire et créer des passerelles entre producteurs bio et acteurs culturels, entrepreneurs dans le champs de l’économie sociale et solidaire et citoyens.

Plusieurs propositions :

  • initier ce système d’échange en fournissant une prime de fin d’année aux agents territoriaux du conseil régional fondée sur cette monnaie
  • instiguer les structures et entreprises financées par le conseil régional à adopter cette monnaie d’échange
  • imaginer des passerelles entre des dispositifs (chéquiers clarc <> cartes culturelles d’abonnement et de réduction)
  • proposer des « primes » pour la production de communs, la réduction d’impacts environnementaux, des actions de solidarité
  • essaimer ce modèle à d’autres régions / territoires pour prendre en compte la mobilité
  • développer un discours pédagogique sur ces formes économiques et monétaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *