TICE dans les CFA

Publié dans : Numérique et ÉducationÉtats généraux du NumériqueContributions

Cette contribution porte sur le sujet : Lycées et CFA du futur

TICE dans les CFA par Mme Marine Biard

Les enjeux du numérique s’inscrivent dans un contexte organisationnel, où tous les acteurs (Les apprentis, les formateurs et les entreprises) doivent être sensibilisés, formés, accompagnés et équipés.


Bien au-delà de la simple question technique et des outils, les compétences numériques comprennent notamment la capacité à gérer l’information par le numérique, ainsi qu’à collaborer et à travailler en équipe grâce au numérique.
Sur le plan pédagogique, l’utilisation des TIC présente des défis de conception importants pour le formateur. Il suppose de prendre en compte, au départ, le contexte spécifique de l’apprenant (son métier, son entreprise d’accueil et son niveau d’équipement) et de développer des activités pédagogiques tout en maîtrisant la technologie du numérique.

Le « campus numérique du futur » ne pourra s’articuler qu’à travers le développement de :

  1. nouvelles méthodes,
  2. nouvelles pratiques,
  3. nouveaux outils,

1. Nouvelles méthodes :

  • Ingénierie de la formation multimodale : définition des besoins (diplômes, niveaux, matières, compétences à développer) et planification du déploiement des moyens (outils, espaces, temps, coûts).
  • Acculturer les parties prenantes (apprenants, formateurs, administrateurs, managers…) par la formation aux outils, aux méthodes et aux usages (aux réseaux sociaux, à l’e-reputation, la messagerie différée et instantanée, au chat, au stockage des données….).
  • Aménager des espaces de co-échange, co-travail, co-construction pour l’innovation (physique ou virtuel) entre formateurs pour stimuler, enrichir ses pratiques et mutualiser les moyens (sur le format de « Fablab », « cantine numérique », plateforme de recherche ou atelier découverte d’outils).
  • Favoriser l’interactivité du numérique : synchrone et asynchrone selon le contexte, les besoins et la problématique de l’éloignement géographique.
  • Diversifier les médias et les méthodes : recours à des contenus (vidéos, ressources multimédia, jeux, évaluations…), et des moyens de communiquer diversifiés entre les apprenants, les formateurs et l’entreprise (chat, visioconférence, forums, réseaux sociaux…).
  • Evaluer les progressions des apprenants et formateurs : par la mise en place d’un passeport digital identifiant les objectifs et mesurant les résultats.

2. Nouvelles pratiques :

  • Adapter les cours aux rythmes des jeunes en intégrant des outils interactifs pour capter le plus longtemps leur attention.
  • Créer ou exploiter des supports existants : le développement des TICE ces dernières années permet d’exploiter des supports existants ou de s’inspirer de ces modèles pour créer des supports adaptés à notre pédagogie.
  • Adapter la formation à la réalité du monde du travail : utilisation des outils numériques exploités en entreprise, utilisation de jeux de rôle ou simulations liées au travail, études de cas…
  • S’appuyer sur les formateurs volontaires et motivés pour favoriser la culture de l’innovation et de l’expérimentation entre CFA.
  • Accompagner les formateurs dans le changement de leur posture (classe inversée et rôle de tuteur en FOAD) et la maîtrise des outils pour être à l’aise dans l’accompagnement du jeune et quitter sa zone de risque, ainsi que dans une nouvelle construction de leurs cours qui n’est plus sous le format d’un livre, mais plutôt d’un guide ( scénarisation d’un cours).
  • Apprendre à traiter l’information : repérer, extraire, organiser, analyser qualitativement et quantitativement l’information.
  • Créer : produire des documents, vidéos, planifier…
  • Permettre aux jeunes de se faire évaluer par leurs paires.

3. Nouveaux outils :

  • Faire un travail d’étude sur les besoins des entreprises pour développer dans l’ENT l’espace échange entre CFA et entreprises.
  • Adapter le format (design et accessibilité) des informations à transmettre aux jeunes et entreprises via les objets connectés (tablettes, smartphones, montres et lunettes).
  • Inciter à exploiter les salles de cours équipées en tableaux interactifs.
  • Avoir un niveau de débit et une bande passante suffisamment importants pour pouvoir faire fonctionner la plateforme LMS (Moodle) et donner accès aux ressources (tutoriels, forum, jeux éducatifs, vidéos, BDD, e-porfolio…)
  • Développer la FOAD (80 % présentiel + 20 % à distance) sur certains métiers et matières : MOOC, SPOC, COOC, Webinars (définir les priorités selon les spécificités des secteurs d’activité) pour obtenir une bonne répartition.
  • Développer la gamification, l’usage des quiz…

Conclusion :

Les manières de développer l’ensemble de ces com¬pétences devront être souples, diversifiées et novatrices selon les milieux, les types d’emplois, les besoins et les contextes.

Sur le plan financier, le développement des TICE nécessite un déplacement des coûts sur divers plans :

  • Physique : changement de configuration des salles de cours (classe inversée avec support numérique mobile).
  • Contenus : design et développement d’outils (passage du livre papier, au support numérique interactif, du site internet aux plateformes d’échanges et application dédiées).
  • Equipements : individuel mobile (tablettes et smartphones) et collectif (LMS et classes virtuelles).
  • Temps agent : conception et création de contenus, mise en ligne et suivi de l’apprenant sur site/à distance (à intégrer et évaluer dans les plannings des formateurs, de l’ingénieur pédagogique), soutien et maintenance technique.
  • Formation : aux outils et accompagnement au changement de rôle du formateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *